Minimalisme et si on s’y mettait ?

Minimalisme et si on s’y mettait ?

Si vous êtes arrivé sur cet article, c’est que le minimalisme vous tente et que vous souhaitez vous informer. Peut-être même vous lancer. C’est le processus que nous enclenchons chez nous actuellement. Nous sommes partis du constat suivant : toute notre vie, nous ne faisons qu’emmagasiner des affaires devenues obsolètes. Regardez dans votre grenier et vos placards, vous verrez certainement des vêtements ou objets dont vous ne vous êtes pas servis depuis plusieurs mois. Débuter ce processus, c’est comprendre les bienfaits que cela peut vous apporter et ne garder que les affaires essentielles pour le quotidien. C’est parti pour un désencombrement efficace. Conseils à l’appui !

Minimalisme définition

Ce mode de vie se définit comme la « recherche de solutions requérant le minimum d’efforts, de bouleversements » d’après le dictionnaire Larousse. Mais cette définition reste large et nombre d’interprétations peuvent en découler. Penchons-nous sur la philosophie, mais aussi les origines du concept. Les règles à respecter pour devenir minimaliste vous sembleront plus claires. 

Philosophie du concept

Véritable philosophie de vie, cela consiste à vivre avec uniquement ce qui est essentiel et ce qui nous rend heureux. Cela ne se résume pas à dépenser moins ou ne rien acheter. Il faut regarder plus loin pour comprendre l’essence même de ce mode de vie.

Pour garder seulement les indispensables, il faut se poser la question suivante : qu’est-ce qui est essentiel pour moi ? La réponse sera différente pour chaque personne. Ainsi il s’agit de prendre du recul sur sa vie et de ne garder que ce qui nous rend heureux. Cet art de vivre ne se résume pas à un désencombrement de la maison. C’est également faire le point sur ses relations avec les autres et les activités qui conditionnent notre quotidien. 

Origine du minimalisme

La philosophie minimaliste trouve ses sources en Inde, Bouddha, avant de se répandre en Asie (Chine avec mouvement Zen). En Europe, ce concept prend racine avec Épicure qui nous invitait à discerner le nécessaire du superflu.

Courant artistique né dans les années 60, il se définissait comme une épure artistique avec des peintres célèbres dont Donald Judd. Ce style apparu ensuite en architecture et design. Actuellement, cet épurement esthétique s’est transformé en un art de vivre et une volonté de vivre avec moins. Il est alors une réaction à une société de surconsommation de plus en plus décriée. Ce concept peut être assimilé à une sobriété heureuse ou à une simplicité volontaire. Attention, ces termes ne reflètent pas les mêmes pratiques. 

Des règles à respecter ?

Pour certains, le minimalisme se définit avec des règles à respecter : règle des 100 objets. Mais je pense qu’il faut voir au-delà. Être minimaliste, c’est garder l’essentiel. Mais comme je l’ai dit plus haut, encore faut-il en avoir tous la même perception. Ce qui essentiel pour vous ne le sera pas forcément pour votre voisin. Ainsi, la seule règle à respecter serait de se poser et de réfléchir à ce qui nous rend heureux et ce qui nous complique la vie. Il s’agit de rechercher la simplicité dans tous les aspects de sa vie : 

  • désencombrement des possessions matérielles ; 
  • réduction de la consommation ; 
  • optimisation des relations sociales et activités. 

Les bienfaits du vivre avec moins

Ce « nouveau » mode de vie doit être réfléchi pour que les personnes le pratiquant en ressentent tous les bienfaits

  • trouver un équilibre personnel ; 
  • créer un environnement plus zen ; 
  • faire des économies ;
  • gagner en place ; 
  • obtenir une liberté d’esprit ;
  • gagner du temps : moins de ménage, moins de rangement, moins d’activités non épanouissantes ;
  • améliorer ses relations sociales ; 
  • être en bonne santé : moins de stress avec une consommation plus saine. 

Attention, il existe des limites au minimalisme

  • désencombrer son intérieur à outrance et ne plus avoir de quoi recevoir des invités ;
  • se poser d’éternelles questions avant d’acheter et stresser pour le moindre achat ; 
  • paniquer à l’idée d’accumuler des choses ;
  • se dénigrer lors d’un achat par envie et non par besoin ;
  • être obsédée par le budget.

Si vous vous retrouvez dans ces situations. Prenez le temps de vous replonger dans les origines du concept pour le comprendre parfaitement. Celui-ci doit vous rendre plus heureux et non vous compliquer la vie. 

Par où commencer ?

Vous souhaitez tenter l’expérience ? Débutons ensemble. Voici les étapes que nous comptons suivre pour devenir minimalistes selon notre conception de l’essentiel. 

Place au désencombrement

Une partie importante de ce mode de vie tient à un désencombrement en profondeur de votre intérieur. Commencer le minimalisme, c’est débuter par le rangement de vos placards pour ensuite faire le tri dans les objets stockés et éléments de déco superflus. Mais que garder ? Cette question dépendra de vos besoins. Débarrassez-vous, en premier lieu, des objets inutiles ou cassés. Il existe 3 façons de désencombrer : 

  • jeter ;
  • donner ;
  • vendre.

Pour nous, ce qui va être le plus compliqué, c’est de diminuer le nombre de jeux de la maison. Nous sommes des passionnés de jeux de société car, pour nous, jouer en famille est essentiel. Ainsi, nous ne prévoyons pas d’appliquer cette philosophie à cette partie de notre vie. De plus, nous avons 3 enfants fans absolus des Playmobil. Ils peuvent passer des journées entières à jouer ensemble avec ces figurines et mondes. Nous ne nous voyons pas leur retirer ce plaisir. 

Vers une consommation minimaliste

Le minimalisme dans votre maison entraînera ensuite un retour à l’essentiel dans votre consommation. Depuis plusieurs années, nous n’achetons plus à outrance pour tout ce qui est alimentaire. Je m’évertue à faire des menus hebdomadaires équilibrés et à réaliser les courses en conséquence. Ainsi, nous ne jetons plus de nourriture et nous profitons davantage de produits de qualité. 

Ce qui est plus compliqué pour nous, c’est de réduire la consommation destinée à nos enfants. Surtout les jeux. C’est un gros travail que nous devons faire sur nous. Nous adorons les gâter de cadeaux. Mais nous avons conscience qu’ils n’en ont pas réellement besoin. Cela rejoint notre difficulté de désencombrer toute la partie jeux de la maison… À voir dans les années à venir. 

Des relations et activités qui vous rendent heureux

Lorsque l’on se lance dans cet art de vivre, il est important de faire le point sur sa relation avec les autres et les expériences que nous vivons ou souhaitons vivre. Des relations toxiques, nous en avons tous connu. Pourquoi s’en contenter ? Il faut arriver à ne s’entourer que des personnes qui nous rendent heureux. Un des bienfaits de ce mode de vie est le gain de temps. Utilisez-le pour le passer avec les personnes qui vous sont chères ou pour réaliser des expériences qui enrichiront votre vie. 

Documentaire sur cet art de vivre

Merci à Une vie simple et zen pour cette vidéo qui vous aidera à vous lancer. 

Découvrez prochainement ma sélection de livres pour entamer une réelle transformation de votre quotidien dans le but de vivre avec moins.

C’est un véritable challenge pour nous, pour un changement de vie en profondeur grâce au minimalisme. Finie, la surconsommation. Place à une vie plus simple qui nous rendra plus heureux. Nous vous ferons un point dans 6 mois. Êtes-vous prêt à vous engager avec nous ? 

Pack organisation familiale

* indicates required
/

Vous pouvez vous désinscrire à tout moment en cliquant sur le lien en bas de chaque mail.

Cet article a 2 commentaires

  1. Pannequin

    C’est vrai… On a tendance à s’encombrer de choses pas si indispensables que ça. Il faut que je me mette aux menus à la semaine c’est une bonne idée ! Merci pour tes articles ils sont vraiment top 👍😉

    1. Elodie

      Finalement peu de choses essentielles… Difficile de faire le tri, mais je reste persuadée qu’une fois fait, ce rangement permet de se recentrer dans sa vie personnelle et de se sentir plus léger.
      Merci pour ce beau compliment. Heureuse que les documents reçus te servent.

Laisser un commentaire